Instagram Facebook Twitter Tumblr Dribble Arrow Right Small Arrow Right Small Arrow Left Arrow Left Carret down Carret Left Carret Right Search Warning Burger Link Download Play Mail Messenger Linkedin Arrow Right Close

Actualités

Qualité de vie et service : connecter les tiers lieux et l’habitat

25 octobre 2021 Logeo Seine
En quelques années les Tiers Lieux se sont imposés comme un élément clé du développement local et des nouvelles sociabilités de proximité.

Tribune de Mathias Levy-Nogueres

Directeur Général de Logeo Seine

Parue dans News Tank Cities le 24 septembre 2021

Un « phénomène » tiers lieux incontestable

En quelques années les Tiers Lieux se sont imposés comme un élément clé du développement local et des nouvelles sociabilités de proximité. Comme le souligne le dernier rapport de l’association France Tiers Lieux, plus de 2 500 de ces espaces ont été recensés en France. Ce sont des lieux hybrides d’activité, de créativité et de culture, ayant un fort ancrage local, associant une communauté d’acteurs engagés, ouverts sur l’innovation et l’expérimentation et qui peuvent intégrer une grande diversité de fonctions : co-working, fablabs, ateliers de création numérique, activités culturelles, artisanat, cuisines partagées, activités agricoles…

Le Gouvernement a récemment annoncé qu’il engageait une politique de soutien active de ces tiers lieux, avec un budget de 130 M€ déployé sur différents champs d’intervention. Il y a indubitablement une dynamique forte et un foisonnement autour de ces initiatives : mobilisation large et plurielle d’acteurs, développement de nouveaux services et activités, nouveaux cadres de travail…

Enjeu majeur pour l’habitat de demain

On n’a jamais autant parlé de la question du télétravail et de l’inadaptation des logements à cette évolution : logements trop petits, absence d’espace dédié au travail, promiscuité… On évoque aussi certaines souffrances induites par un télétravail à domicile excessif ou imposé : isolement, épuisement, absence de déconnexion, pression accrue sur les tâches assumées par les femmes… On ne changera pas les logements existants. La production neuve ne représente qu’une part infime du parc existant. Il nous faut chercher des réponses aux nouvelles formes de travail avec l’habitat d’aujourd’hui.

Nous aurons réinventé notre manière de vivre nos logements
Mathias Levy-Noguères, Directeur Général

Le groupe Action Logement a, à ce titre, inscrit dans son plan d’investissement volontaire (PIV) plusieurs dizaines millions d’euros pour soutenir la création d’espaces de co-working permettant aux salariés de travailler proche de leur domicile. Le sujet est bien au cœur du lien emploi-logement.

Si l’on ajoute les demandes croissantes de services de conciergerie (colis, dépannages divers, prêts de matériel, distribution de paniers de légumes…) et les attentes de convivialité, de loisirs, de sociabilité personnelle et professionnelle, et plus généralement de tout ce qui constitue le vivre ensemble, on voit la place que peuvent tenir des tiers lieux dans une approche large de l’habitat.

Amenons les services aux pieds des immeubles, intégrons les tiers lieux à l’offre habitat, repensons globalement les immeubles existants en y adjoignant ces lieux de travail, de rencontre, de partage et d’activité, et nous aurons peut-être réinventé notre manière de vivre nos logements. Nous recréerons des immeubles et des villes pour habiter demain.

Nouvelle mission pour les opérateurs de l’habitat social

Nous, opérateurs de l’habitat social, avons un engagement spécifique à tenir sur ces sujets. Nous détenons souvent des patrimoines importants, concentrés localement, ce qui permet de penser à grande échelle. Nous sommes parfois présents dans des secteurs où les services de proximité et les commerces manquent, où il existe peu d’activité économique, et où il est illusoire de compter sur les seules dynamiques privées pour corriger la situation.
La question de l’attractivité à moyen-long terme de certains de nos immeubles, construits il y a des décennies et localisés dans des quartiers parfois peu prisés, se pose. Les sujets de vivre ensemble, d’accès à des services solidaires et d’animation locale sont des sujets auxquels nous nous confrontons tous les jours. Enfin, nous disposons de locaux parfois mal ou pas utilisés qui peuvent être mobilisés rapidement à un coût modéré.

Les tiers lieux sont le fer de lance d’une nouvelle approche du service aux habitants. Nous avons la possibilité, avec les Tiers Lieux, de repenser notre offre de service aux habitants et de proposer une nouvelle qualité de vie. Emparons-nous de cette opportunité. Inventons, expérimentons. Développons des tiers lieux de grande qualité au pied de nos immeubles. Connectons-les étroitement à nos services de proximité.

Nous pouvons dépasser le modèle actuel de nos loges de gardien, qui sont des pôles de présence et de lien social essentiels, mais dont la valeur ajoutée de service reste limitée. Nous pouvons travailler à les intégrer à des lieux de qualité intégrant des cafés-conciergerie, des espaces de co-working, des lieux de rencontres et d’activité. Et nous pouvons en mutualiser la gestion avec les services de proximité traditionnels que nous apportons actuellement.

Rapprochons ainsi l’emploi du lieu de vie et permettons aux habitants de bénéficier d’un espace de travail de qualité au pied de chez eux, où ils retrouvent une véritable sociabilité professionnelle de quartier. Permettons leur de télé-travailler dans de bonnes conditions, de rencontrer des pairs, de créer localement. Adjoignons-y, quand c’est possible des activités de formation et de loisirs. Développons sur ce socle nos services de proximité. Nous renforcerons notre capacité à agir sur le bien être, le vivre ensemble, l’accès aux droits, la santé…

Le modèle économique et de gestion de ces offres de tiers lieux sont encore incertains. Mais il s’agit, pour nous, d’un nouveau métier potentiel, au cœur de notre mission, de notre future offre d’habitat social, et de son attractivité.

S’engager maintenant

Dessiner, concevoir et se préparer à gérer ces tiers lieux, étroitement connectés à notre offre d’habitat abordable, est un engagement porteur d’avenir. Les opérateurs de l’habitat social doivent être des acteurs de la réflexion et du développement de l’offre de tiers lieux qui est en train se construire et de se cristalliser au niveau national.

Nous avons la capacité à penser et gérer des tiers lieux d’intérêt général, contribuant à la revitalisation des villes, et ancrés dans une vision large de l’habitat, du lien emploi logement et des services qui concourent à la qualité de vie. Nous avons le lien direct avec les habitants, nous connaissons les quartiers d’implantation de nos logements et leurs réseaux d’acteurs, nous sommes engagés sur des présences locales de long terme.

C’est à nous de valoriser ces atouts pour agir, peser dans la réflexion nationale et locale sur les tiers lieux et proposer des modèles originaux, directement connectés à l’habitat. Les dispositifs d’accompagnement et d’appui sont là. Il est important de s’en saisir sans attendre.